Arriéré de factures : la recette miracle?

Un rappel ? Plusieurs ? Une mise en demeure ? Soi-même ? Par huissier ?par une société de recouvrement ? Et l’avocat ?

Mais surtout… à quel prix ?

Facturer, c’est bien. Etre payé, c’est encore mieux !

Recouvrir sa créance, c’est la question vitale de toute entreprise.

Quels moyens utiliser ?

Seul ? En étant assisté d’un professionnel ? Mais alors lequel ? Et à quel stade ? Et pour quel « juste » prix ?

Voici quelques ingrédients à utiliser sans modération !

1. L’efficacité d’un recouvrement de créance passe d’abord par la fiabilité de sa comptabilité et de son service administratif.

Il faut mettre l’accent d’abord sur :

  • La clarté des factures et leur détail
  • L’indication de toutes les mentions légales
  • L’indication des conditions générales ou le renvoi à celles-ci si elles sont sur un document annexe
  • Le délai de paiement (comptant ? Une semaine ? un mois ?)
  • Le suivi des échéanciers (paiement/rappel)

2. Le client est roi…Mais il faut être ferme !

Oublier de payer une facture, ça arrive.

La poste peut égarer votre facture. Ou elle peut se retrouver dans une boite spam.

L’envoi d’un rappel, quelques jours après l’échéance de la facture, dans des termes peu agressifs mais fermes est hautement conseillé.

3. Il faut accepter la limite de ses moyens

Par contre, inutile d’envoyer vous-même un second rappel ou une mise en demeure : le débiteur qui ne paie pas sur un premier rappel ne paiera pas sur un second rappel, ni une « mise en demeure » qui émanerait de vous… Il a décidé de prioriser d’autres dettes, plus urgentes ou importantes à ses yeux.

4. Appel à un ami

C’est à ce moment-là qu’il faut faire « appel à un ami » : un professionnel du droit, capable de contraindre votre débiteur à payer.

Soit en raison de l’effet du recouvrement, soit en raison d’une décision de justice.

A qui faire appel ? Société de recouvrement ? Huissier de justice ? Avocat ?

Les deux premiers ont le défaut de ne pouvoir gérer le dossier qu’en phase amiable (sans procédure), puisqu’ils devront ensuite passer la main pour saisir la justice.

L’avocat peut :

  • gérer à la fois la phase amiable et judiciaire
  • en tenant compte de l’opportunité économique de poursuivre la procédure
  • sur base d’une grille tarifaire à convenir qui permettra une maitrise des couts
  • en maitrisant la particularité de vos conditions générales et leur applicabilité

5. Conclusion

En résumé, on peut considérer que pour avoir un recouvrement de créance efficace il faut :

  1. Des conditions générales validées par un professionnel du droit (contenu et applicabilité)
  2. Un suivi administratif efficace :
    1. Facture
    1. rappel
  3. Un partenaire de confiance pour le recouvrement amiable et judiciaire

Envie d’en savoir plus ? Contactez-nous : j.vermeiren@geradin-law.be